Le kite pour les nuls : décryptage de la discipline !

Crédit photo : Sarah Jouret
Temps de lecture : 3 minutes
Bon comme vous le savez, on s’est pris de passion pour l’écriture d’articles sportifs, après avoir listé les meilleures courses nature en Martinique, rencontré le champion de France de beach tennis, discuté planche de surf avec l’organisateur de la Martinique Surf Pro, on s’est demandé ce qu’il y avait de sympa comme sport en Martinique (si vous avez des suggestions, faites nous en part en comments !)…et on a pensé au kitesurf, bah oui la Martinique pour ceux qui ne le savent pas encore, le kite c’est « une destination tranquille qui bénéficie des alizés », c’est pas de nous, c’est Sarah Jouret, passionnnée de sports de glisse et de voyages, fondatrice du site web KiteTrip Planner (première plateforme communautaire pour aider les kiters à préparer leur trip plus facilement) qui décrit ainsi la destination. La chance que l’on a c’est qu’elle est basée en Martinique, on en a profité pour faire une petite interview « kite pour les nuls ». 

Pour poser les bases, le kite ça consiste en quoi ?

(…c’est un article le kite pour les nuls, donc oui on pose même les questions les plus évidentes !) Le kite c’est un sport qui consiste à glisser sur l’eau debout sur une planche en se faisant tracter par une aile (= une voile). C’est un  sport assez récent qui se développe fortement. Il s’adresse à tout le monde, hommes et femmes, adultes et ados. L’équipement consiste en une planche, une aile, un harnais, une barre et des lignes (ce qui relie l’aile au harnais), une pompe pour gonfler l’aile, un casque et un gilet pour les debutants.

C’est quoi des bonnes conditions de navigation ? Qu’est ce qu’il faut vérifier à la météo ?

On peut pratiquer le kite sur n’importe quel plan d’eau (ocean, mer, lac… et même sur neige!) à partir du moment où il y a suffisement d’espace et un minimum de vent. On peut faire du kite sur un plan d’eau plat comme dans les vagues (on appelle ça alors du « waveriding »), dans du vent fort comme dans du vent léger. C’est alors la taille de l’aile qui changera les choses (plus le vent est fort, plus on réduit la taille de l’aile). En bons élèves  » kite pour les nuls  » que nous sommes nous sommes allés consulter moultes sites dédiés au kite : pression de l’air, hauteur des vagues, période de temps, vitesse du vente, rafale, blablabla…Rassurez si comme nous vous êtes nuls en kite mais désireux d’apprendre, Sarah nous a précisé que « Le vent est la seule chose à vérifier avant d’aller naviguer!  » 
Crédit photos : Sarah Jouret

Crédit photos : Sarah Jouret

La Mecque du Kitesurfeur c’est où ?

Ca dépend pour qui ! Tarifa dans le sud de l’Espagne est mondialement connue pour le kite, c’est un peu le berceau de ce sport. Depuis quelques années, le Brésil est également considéré comme la mecque du kite grâce à son vent fort et sa multitude de spots. En France la côte sud (de Leucate à l’Almanarre) est également très prisée. Mais en soit on trouve des spots partout, tout dépend des envies et des préférences de chacun.

Deux noms de champions à avoir en tête ?

Gisela Pulido chez les files, une espagnole sacrement douée qui détient un bon petit paquet de titres de championne du monde en freestyle (discipline qui consiste à faire des sauts) et Aaron Hadlow, un anglais sacrement doué aussi, bien présent sur le circuit depuis un bout de temps maintenant et qui a un style inégalable
Crédit photo : Sarah Jouret

Crédit photo : Sarah Jouret

Le Kite en Martinique : quels sont les meilleurs spots et pourquoi ?

En Martinique ça kite surtout dans le sud-est de l’ile (le spot le plus connu étant le Vauclin – dit la Pointe Faula), mais également du côté de Trois Ilets, dans le sud de la baie de Fort de France. C’est là que le vent rentre le mieux, et que les pratiquants s’adonnent à leur sport favori. On trouve également de nombreux secret spots à partir du moment où on est prêt à partir en vadrouille !

Dernière question, à quoi reconnait-on une personne qui s’y connait en kite ?

Sarah est catégrorique, pas moyen de donner l’illusion qu’on s’y connait !  Le plus flagrant c’est sur le spot, pour savoir si quelqu’un se debrouille ou pas, il suffit de le regarder « décoller » son aile (= la mettre en l’air avant de partir). Les bons le font de manière fluide, avec style, sans danger. Les mauvais sont dangereux, ils se mettent en pleine fenêtre (= pleine puissance de vent) , ne controlent rien du tout et se font souvent « arracher » (= emporter par la puissance).
Du coup le mieux c’est tout de même de prendre deux trois cours avant : Baz Notik aux trois ilets , Alizé Fun Cap Chevalier ou Air Fly au Vauclin et en attendant d’être plus à l’aise vous pouvez toujours consulter le site de Sarah Kitetrip Planner pour trouver votre prochaien destination kite ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de vous identifier * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.